go back
Accueil » Blog » Une Méthode ancestrale : la fabrication de la brique

Une Méthode ancestrale : la fabrication de la brique

Zooms 14/12/10 | 11:02

Patriarche & Co réalise un centre spirituel de 7500m² pour la congrégation des Soeurs du Cénacle à Pedakondji Vogan à 40 km au nord de Lomé (Togo). La démarche de l’agence a été avant tout de respecter le site et de s’adapter à un lot de contraintes dues à la complexité du contexte économique. L’utilisation des savoir faire locaux était donc pour nous indéniable.Pour ce projet, nous réutilisons une technique constructive très ancienne mais toujours utilisée en Afrique: l’utilisation de l’adobe (ou brique de terre compressée). Cet élément vient rythmer nos garde-corps ajourés, dessiner nos arcs en plein cintre, créer l’habillage de nos poteaux ou encore remplir nos façades.

Les briques de terre comprimée, souvent dénommées BTC, sont formées à partir de terre tamisée (0,5 à 0,8 mm au tamis). En règle générale, on utilise l’argile du sol qui se trouve à environ 50 cm au-dessous de sa surface, suivant les endroits. Cette terre est ensuite mélangée avec des additifs (de l’ordre de 10 % en volume) tels que du ciment afin de la stabiliser en vue de son transport. La terre est légèrement humidifiée et fortement comprimée à l’aide d’une presse. Une fois pressées, les briques sont formées et stockées au soleil dans le but de les sécher durant une à trois semaines avant de les mettre en œuvre.

La compression
Chantier_TOGO_07Les blocs de terre comprimée sont produits par la compression de terre dans une presse mécanique. La terre est compressée entre deux plateaux qui se rapprochent lentement. Cette compression permet de soustraire l’air dans le bloc afin de l’imperméabiliser et d’augmenter sa résistance.

Bilan énergétique
Cette brique est un isolant thermique correct, mais est surtout dotée d’une grande inertie dans l’échange des chaleurs.
Elle est aussi un très bon régulateur hygrométrique. De plus, le bilan énergétique ou bilan carbone de cette brique est particulièrement favorable car elle est fabriquée sur le lieu même de la construction.

La terre : Avantages

  • Absorbation et restitution de l’humidité.
  • Régulation de température par inertie thermique.
  • Très bon isolant phonique.
  • La terre utilise peu d’eau en phase de transformation.
  • Ressource locale abondante et renouvelable.
  • Vertus thérapeutiques : soigne les affections de la peau, détruit les bactéries et les acariens.
  • La construction en terre crue n’utilise que 3% de l’énergie employée dans une construction en béton.

La terre : Inconvénients

  • Besoin de main d’œuvre importante.

ZOOM HISTORIQUE

L’origine de la brique remonterait à sept mille ans avant J-C, dans la région du Tigre et de l’Euphrate. Son utilisation se généralisa au IIIe millénaire, comme matériau de construction, lors de l’ère de sédentarisation de l’Homme. La nécessité de se protéger de façon durable des intempéries et des prédateurs imposa à l’Homme de trouver un matériau dur et résistant. De plus, la brique est facilement réalisable à partir d’argile ou de terre. Les premières maisons en brique ont été découvertes en Irak, puis en Mésopotamie, et son usage s’étendit rapidement dans tout le Moyen-Orient.

Pendant longtemps, la brique (appelée « adobe ») était simplement moulée puis séchée au soleil, pour la rendre plus résistante. La brique permettait de monter des monuments comme la pyramide d’Amenemhat III, la grande muraille de Chine ou encore des casbahs marocaines. Cet élément de construction ne nécessite que peu d’énergie et sa disponibilité quasi immédiate, lui confèrent encore aujourd’hui un succès incontestable. En 1830, Auguste Virebent déposa le brevet d’invention d’un système de presse à briques. C’est le début de l’industrialisation. Lors de la révolution industrielle, des briqueteries se regroupèrent, et formèrent de véritables usines. Aujourd’hui, les briqueteries ont pratiquement disparu en Europe. L’après-guerre marqua le remplacement de la brique par le béton et l’acier.