go back
Accueil » Blog » Les baignades écologiques

Les baignades écologiques

Zooms 15/01/10 | 12:11

Interview. Projet de base de loisirs aux Echelles, Savoie.

Sebastien CLERT, Urbaniste.

Pouvez-vous nous rappeler le contexte du projet des Echelles ?
Sébastien Clert : Le Syndicat Intercommunal des Sport des communes d’Entre Deux Guiers et des Echelles a lancé en Mai 2009 une consultation de maître d’oeuvre pour la réalisation d’une base de loisirs dans le cadre du Pôle d’Excel­lence Rurale de la Vallée de la Chartreuse. Spécificité du programme, l’équipement majeur est un bassin de baignade éco­logique pouvant accueillir jusqu’à 700 personnes par jour, dans un parc de 9 ha, au bord du Guiers Vif.

L’agence Patriarche travaillant sur la commune des Echelles depuis plusieurs décennies, une équipe solide a été montée pour emporter ce projet. Ainsi le groupement s’est bâti autour des compétences des architectes paysagiste de Green Concept, incontournables et experts en matière de Baignade écologique, concepteurs de l’ensemble des bassins publics présents en France, dont Com­bloux, le premier à avoir vu le jour en 2003. Biotec, ingénieur écologue, et Montmasson VRD viennent compléter l’équipe. La redécouverte de ce poumon vert au bord du Guier vif est, pour nous, l’oc­casion d’un exercice subtil, difficile mais enthousiasmant où tout l’art consiste à atteindre deux objectifs principaux :

- le premier enjeu est de rendre attractif ce site au passé industriel pour que les nouvelles activités dynamisent les centre-bourgs des villages des Echelles et l’Entre deux Guiers …
- le second enjeu est de réussir à révéler ce lieu, sa magie et son génie grâce à des dialogues constants entre architecture et environnement, entre traces et plantations, entre végétal et minéral, entre lumière naturelle et lumière artificielle, entre empreinte de l’eau et berges pour finalement réussir une osmose entre l’homme et la nature.

Pour ce faire, nous avons été amenés à définir une hiérarchie des espaces pour que chacun puisse jouer le rôle qu’on lui a confié :

• Nouvelle placette de connection urbaine, entrée du site dédiée à accueillir le marché de la commune
• Accueil et centre d’information et d’interprétation des activités présentes
• Activités nautiques et écologiques, jeux
• Mise en valeur de la flore de zone humide par la réserve d’espaces naturels

Chacun de ces éléments, servi par un dessin sensible et pertinent, vit en interac­tion dans un jeu de rôle organisé pour qu’au final l’on puisse laisser l’usage libre de découvrir un site unique et mémorable, en proximité des deux bourgs bien vivants de l’Avant Pays Savoyard.

Qu’appelle-t’on une baignade écologique ?
S.C : C’est un plan d’eau de baignade, dont l’épuration se fait au travers des plantations naturelles. Sur le plan de la qualité de l’eau, elle est d’aussi bonne qualité que dans les piscines, à la différence près qu’elle n’est pas chlorée. Le plan d’eau peut avoir une forme plus naturelle, rappelant celle d’un lac. Ce type de dispositif connaît un accueil plus que favorable par le public, du fait que cet équipement allie qualité d’une piscine et esprit nature. L’usage de ce type de plan d’eau est excellent dans le cadre du loisir : qualité d’eau excellente, sécurité maximum, mais également pas de goût ou d’odeur, etc.. L’impression de bai­gnade en pleine nature est accentuée par la géométrie beaucoup plus organique qu’une piscine traditionnelle, le fait que le fond ne soit généralement pas bleu.

Trois sites en France sont équipés de plans d’eau de ce type, ayant vocation à accueillir du public, tous conçu par Green Concept :
- Combloux, disposant d’un plan d’eau pouvant accueillir jusqu’à 700 personnes par jour, situé à 900m d’altitude et face au Mont Blanc, en service depuis 2003,
- Rambouillet, dans le cadre du projet Huttopia, espace de loisir de plein air et d’hébergement alternatif, ouvert depuis 2007;
- La Chapelle-Saint-Sauveur (Saône-et-Loire), qui vient d’ouvrir ses portes pré­sentant un programme plus sommaire que le projet des Echelles.

Quels sont les avantages d’un bassin écologique ?
S.C : Le système offre des avantages écologiques indiscutables :

· Une technique douce par utilisation de processus naturels
· La création d’un biotope naturel riche et diversifié avec une végétation palustre indigène
· Une épuration biologique par les plantes et les bactéries
· L’abandon des produits chimiques traditionnels

« Le monde d’aujourd’hui est un monde soumis à de vastes pressions, qu’elles soient écologiques, économiques ou encore politiques. Se lancer dans un tel projet permet d’apporter une contribution à un monde meilleur, plus proche de la nature et soucieux du bien-être des personnes. » Raphael Colson, Architecte Paysagiste, Green concept

Les expériences ont démontré que les coûts sont comparables, sinon moins chers à ceux d’une piscine de même taille, mais avec bien sûr des effets incompara­blement supérieurs ! Ils dépendent largement des options choisies (profondeur du bassin de natation, plage de sable, ajout de pontons ou passerelles en bois, ou autres jeux aquatiques, éclairage de piscine, robot de nettoyage, skimmer actif, etc…).
Grâce au système d’épuration biologique par les plantes et les bactéries, toutes les importantes dépenses en produits chimiques traditionnels pour le traitement de l’eau sont supprimées et l’entretien se résume à quelques interventions très ciblées.
Par ailleurs, le rituel de vider et de remplir les bassins ; est terminé, de ce fait, des économies importantes en matière de consommation d’eau et d’heures de maintenance peuvent être également réalisées. Enfin, ces eaux n’ont plus besoin d’être déversées dans les canalisations pour le traitement des eaux usées, réduisant ainsi les coûts indirects du traitement de ces eaux.
Economiquement parlant, le système est le plus économique. Toute analyse comparative sérieuse permet de le démontrer.

Quel est le concept adopté pour ce projet ?
S.C : Une partie du bassin est vouée à l’espace de baignade, l’autre à l’épuration de l’eau : des plantes sont disposées dans un complexe de sable et de graviers, et un système hydraulique est mis en place afin de créer des brassages de l’eau. En fin de cycle d’épuration, l’eau est renvoyée dans la zone de nage du plan d’eau.
Le procédé de mise en œuvre est le suivant : réalisation d’une préforme en terre (multicouches de matériaux granulaires), implantation des réseaux d’alimentation et de refoulement de la piscine, pose de complexes de géotextiles et d’an­tipoinçonnants, puis pose d’une géomembrane (appelée en piscine « liner »).
Un entretien pertinent est à mettre en place, comprenant l’entretien des végétaux, la maintenance du système de pompage, et le nettoyage systématique du liner et des clapets. Le nettoyage du liner est extrêmement important pour deux raisons, essentiellement : d’une part, proposer un état de surface extrêmement propre et non-glissant pour les usagers ; d’autre part, la moindre aspérité est susceptible de permettre le développement d’algues et de bactéries.
L’ouverture de la baignade est prévue pour juin 2011.

vue02-02